Les atouts de la natation

C’est le sport conseillé par tout le corps médical et paramédical. Il est pourtant peu pratiqué par les français… Quels avantages ? Quels inconvénients ? Quelle nage ? Combien de temps ? Tout est revu dans cet article sur ce fameux sport.

La natation, avantages et inconvénients

En général, les inconvénients de cette activité physique sont vite trouvés : piscines bondées et sales, horaires incompatibles avec les horaires du boulot, sortir mouillés en hiver…

Pourtant, les avantages sont importants

La natation muscle tous les muscles du corps : en effet, contrairement à la course à pied ou aux programmes de musculation, vous sollicitez aussi bien vos bras que vos jambes, vos pieds et votre dos ! Aussi, il n’y aura pas de différence de tonus musculaire entre vos jambes et vos épaules par exemples !
Oui à la poussée d’Archimède, non à la gravité ! Il s’agit bien de la seule activité physique où vous défiez la gravité que vous subissez toute la journée et plus encore si vous êtes en surpoids ! Dans l’eau, plus de tassement de vos articulations ! Et c’est probablement LA raison pour laquelle le doc insiste pour que vous vous y mettiez ! L’eau vous porte et vous pouvez vous muscler sans contrainte articulaire aucune !
La natation est un sport qui vous muscle réellement et n’est pas seulement réservé aux personnes souhaitant seulement faire trempette et se détendre ! Ajoutez-y des palmes mains et pieds et vous verrez la différence !
Enfin, ça a quelque chose d’agréable de se jeter dans l’eau après une longue journée au travail stressante et fatigante…

Quelle nage pour moi ?

La brasse : La brasse est parfaite pour muscler les adducteurs (la partie interne des cuisses), les fessiers, les grands dorsaux et les triceps.
Si vous souffrez de problèmes lombaires (type arthrose lombaire ou hernie discale), évitez autant que possible la brasse et encore moins la brasse avec tête maintenue en dehors de l’eau ! Vous allez creuser davantage le dos et augmenter votre sciatique ou vos douleurs lombaires. Essayez plutôt la brasse mais avec masque et tubas.

Vous ne connaissez pas d’autres nages me direz-vous ? Vous savez tout de même faire la planche sur le dos ? Si oui, il vous suffit d’ajouter des battements de jambes et de stabiliser vos bras au-dessus de votre tête par une planche et le tour est joué ! Si vous vous sentez à l’aise, n’hésitez pas à y ajouter des palmes courtes et rigides aux pieds pour augmenter la difficulté de l’exercice.

Variante : la nage « à l’indienne » : il s’agit de se mettre sur un côté et de réaliser avec vos jambes les mêmes mouvements que pour une brasse classique. Si vous vous placez côté gauche, il est conseillé de stabiliser votre bras gauche avec une planche.

Le dos crawlé et ses variantes

Cette nage est parfaite pour le dos, protectrice, elle permet de muscler les quadriceps, les ischio-jambiers, les triceps suraux et les muscles des épaules.
Quelques variantes pour les confirmés :

Variante 1 : croisez une jambe l’une sur l’autre en mettant si vous le souhaitez une cacahouète entre vos cuisses pour aider votre bassin à flotter, contractez vos abdominaux et n’utilisez plus que vos bras pour avancer !

Variante 2 : Vous laissez aller vos bras le long du corps ou vous les stabilisez sur une planche au-dessus de votre tête et vous n’utilisez plus que vos jambes pour avancer.

Ces variantes permettent de muscler plus intensivement certaines parties du corps selon vos besoins.

Le crawl et ses variantes

Vous connaissez tous le crawl, la nage du sauveteur en mer avec l’eau qui éclabousse de tous côtés… C’est certainement la nage la plus difficile, elle sollicite un nombre important de muscle et est très cardio ! Sans oublier qu’il faut correctement gérer votre souffle sans boire la tasse…
Aussi, pour vous préparer à maîtriser cette nage sans être à bout de souffle après une longueur, voici encore quelques variantes :

Variante 1 : stabilisez les bras et les coudes sur une planche et travaillez d’abord les battements de pied (sans palmes d’abord puis avec palmes).

Variante 2 : vous stabilisez votre bassin et vos jambes (comme la variante 1 du dos crawlé) par la cacahouète et vous ne travaillez que vos bras et votre souffle. Pensez à bien contracter vos abdominaux lorsque vous poussez avec votre bras dans l’eau.

Ces deux variantes sont bien moins fatigantes et comme un pianiste travaille ses morceaux en séparant sa main gauche de sa main droite avec qu’elles jouent ensembles, elles vous permettent de bien appréhender cette nage.

De quoi ai-je besoin pour nager ?

Un maillot de bain une pièce. Pourquoi me direz-vous ? Le maillot de bain une pièce est bien plus confortable pour nager, aucun risque de bâillements ou de perte de la partie basse… Et il gaine bien votre ventre.
Des lunettes !!! Absolument indispensables pour ne pas souffrir des globes oculaires en sortant de la piscine et pour en pas constamment foncer dans le nageur qui vous précède. Vous nagerez plus sereine.
Les palmes mains et pieds : sont utiles aux bons nageurs. Si les palmes pieds sont longues et souples : ne vous faites pas d’illusions, vous avancerez plus vite certes, mais elles sont peu efficaces pour vous muscler ! Il vous faut utiliser des palmes courtes et rigides pour obtenir de bons résultats.
Un bonnet de bain en tissu (et non pas en plastique caoutchouc). Le bonnet de bain en tissu tien bien mieux sur votre tête s’il est à la bonne taille, surtout vous avez des cheveux assez longs.
Quoiqu’il en soit, ne vous découragez pas avec ce sport ! Comme pour tout, c’est dur de s’y mettre au début mais vous en ressentirez rapidement les bienfaits si vous pratiquez cette activité régulièrement.

Les nages présentées plus haut sont à pratiquer à votre rythme, en douceur au début et gardez bien à l’esprit que la natation est un sport protecteur pour vos articulations et surtout efficace !

Comment bien dormir ?
Top 10 des aliments bons pour vous !